En tant que membres de la plateforme intersectorielle nous souhaitons contribuer à l’amélioration de la santé et de la qualité de vie des habitants du Sud de l’Entre Sambre et Meuse. Dans ce cadre, nous considérons la santé, non pas comme une fin en soi, mais bien comme une ressource qui permet aux personnes d’atteindre un certain bien-être, de satisfaire leurs ambitions et d’agir sur leur environnement physique et social.

Dans ce cadre, les questions liées au logement sont apparues comme une problématique prioritaire à traiter.

Le logement : un déterminant de la santé

On sait que les caractéristiques du logement ont un impact direct sur la santé des personnes (La santé autrement dit ... Pour espérer vivre plus longtemps et en meilleure santé, Ministère de la Santé et des Services Sociaux, Québec, 2007, pp 8-9) :

Au niveau de la salubrité : les logements insalubres ont souvent des problèmes d'humidité et de moisissures qui contribuent au développement de maladies respiratoires (asthme). Ces conditions insalubres peuvent également entraîner d'autres symptômes tels que des maux de têtes récurrents, de la fièvre, des nausées et des maux de gorge.

Au niveau de la sécurité : un logement mal adapté ou mal entretenu augmente les risques de blessures et d'accidents.

Au niveau de la santé mentale : lorsqu’une personne éprouve des difficultés à se loger adéquatement, son état de santé mental peut en être affecté (stress, dépression, hypertension, maladies cardiovasculaires, etc.)

Certains auteurs mettent également en avant ce lien entre logement et bien-être des personnes

D'après Thierry Lahaye (La santé, le logement. Accéder et vivre dans un logement de qualité à un prix abordable : une priorité dans le domaine de la santé pour la Commission Communautaire Française, Commission Communautaire Française, Bruxelles, 2ème édition, 2000, Rolex 11-14), "Le logement constitue l'une des questions les plus importantes parmi celles qui déterminent les conditions de vie des personnes. Le logement touche en effet aux aspects essentiels de la vie de l'individu. Il conditionne aussi bien sa santé mentale que physique en lui procurant un abri et une intimité, en favorisant son bien-être et en lui permettant de s'insérer dans le réseau des relations sociales de l'environnement dans lequel il se situe".

Brigitte Moissonier, (Comment l'habitat agit sur la santé, dans Ville, santé et développement durable, Institut des Villes, Collection Villes et Société, La Documentation Française, Paris, 2007, pp 124-134), nous informe que "Habiter est un besoin essentiel de l'homme : chaque être humain, quel que soit son âge, son statut économique, social, culturel et sa condition physique, a droit à un habitat favorable à sa santé et à son bien-être physique, mental et social. La déclaration d'Istanbul (1996) définit les caractéristiques d'un logement convenable qui sont quasiment conformes à ce que devrait être un habitat favorable à la santé : vivre dans un logement convenable, ce n'est pas simplement avoir un toit au-dessus de sa tête. Un logement convenable doit aussi offrir une intimité et une sécurité satisfaisante et permettre de jouir de la sécurité d'occupation ; il doit être suffisamment grand, lumineux, chauffé et aéré, être physiquement accessible, présenter une structure stable et durable, être équipé des infrastructures de base telles qu'adduction d'eau, assainissement, collecte des déchets, se situer dans un environnement de qualité convenable sur les plans écologique et sanitaire, et enfin, être à distance raisonnable du lieu de travail et de services de base, le tout pour un prix abordable. Le caractère convenable d'un logement doit être déterminé avec les personnes intéressées, en gardant à l'esprit les perspectives d'une amélioration progressive".